Baidu, en quelque sorte le pendant chinois de Google, est occupée depuis 2015 déjà à procéder à de la recherche et du développement dans le domaine de la voiture autonome. Project Apollo intègre de la technique automobile, du hardware, du software et des services de données dans le nuage pour ce type de voiture. Tout cela sera donc partagé avec d'autres entreprises telles des constructeurs automobiles. Baidu entend ainsi accélérer le développement des voitures autonomes.

Elle s'oppose ainsi du reste à des concurrentes telles Google et Tesla, qui gardent en général pour elles d'importantes inventions technologiques. Les analystes voient dans cette mesure une similitude avec Android, qui avait été lancé par Google sous la forme d'une plate-forme ouverte pour appareils mobiles. Même s'il est disponible gratuitement, Android a fortement contribué au succès de nombre d'applis et de services de Google. Si Baidu peut devenir un acteur de premier plan dans les 'systèmes d'exploitation' pour voitures, il y aura alors probablement pas mal d'argent à gagner pour l'entreprise: des frais d'utilisation pour les constructeurs automobiles jusqu'à la masse de données que les voitures autonomes collecteront.

Selon le planning, la technologie pour véhicules dans un environnement clos sera disponible en juillet. D'ici la fin de l'année, elle sera étendue à des situations urbaines simples. En fin de compte, toute la connaissance de Baidu devrait être rendue publique en 2020, afin que des voitures puissent rouler de manière entièrement autonome sur les autoroutes et dans les villes et ce, sur base de sa plate-forme.

Baidu entend non seulement ouvrir sa plate-forme à d'autres entreprises, mais aussi ajouter des partenaires en vue de continuer de développer la technologie. La firme pense ici à des constructeurs de véhicules, de capteurs et d'autres composants encore. Baidu collabore à présent déjà avec les constructeurs automobiles chinois BAIC, BYD et Chery. Une collaboration avec BMW a par contre pris fin l'année dernière.