Hier matin, le ministre en charge de l'agenda numérique, Alexander De Croo, a rencontré Sunny Lu en vue de débattre du rôle possible de la technologie de la chaîne de blocs dans les services publics. Cette rencontre avait été organisée à la demande de VeChain même, une start-up spécialisée en chaînes de blocs de Singapour, qui n'a aucune peine à convaincre des entreprises et pouvoirs publics du monde entier de nouer des liens collaboratifs (comme ce fut le cas récemment encore avec le gouvernement chinois et avec une importante institution de certification).

"Ce fut une rencontre très intéressante car on y a abordé - et c'est assez rare! - de manière assez approfondie la chaîne de blocs et pas seulement son concept en tant que tel. On y a donc discuté d'applications vraiment sensées et suffisamment réalistes", explique De Croo à Data News.

Vin

VeChain collabore notamment avec un important importateur de vins chinois pour tenir à jour, via la chaîne de blocs, le cycle de vie complet d'une bouteille de vin. Cela permet d'éviter les fraudes (un gros problème en Chine), alors que les consommateurs peuvent par simple scannage trouver des informations sur l'origine et la production de leur vin.

"C'est un bon exemple, parce qu'il est non seulement judicieux, mais aussi réaliste à mettre en oeuvre. Aujourd'hui, il n'existe encore aucune solution numérique ad hoc, mais en même temps, le 'use case' (cas d'utilisation, ndlr) s'avère très simple", selon De Croo.

'Combiner la chaîne de blocs à Itsme'

Qu'est-ce que cette dernière phrase signifie donc dans un contexte gouvernemental? "La technologie de la chaîne de blocs peut parfaitement être utilisée dans des domaines, où la numérisation doit encore avoir lieu. Pour, disons, le dossier électronique du patient, la technologie est moins intéressante", ajoute De Croo. "Car là, nous disposons en effet déjà d'un système numérique basé sur un accès sûr, et le 'use case' est donc moins évident à brève échéance."

Le ministre voit par contre plus de potentialité dans l'utilisation de la chaîne de blocs à des fins d'authentification, comme l'appli itsme. Il envisage ainsi de mettre en oeuvre des ateliers permettant d'examiner comment la technologie de la chaîne de blocs pourrait être combinée au système d'authentification fédéral. L'objectif serait aussi que d'autres firmes de chaînes de blocs soient impliquées.

Selon le ministre, il y a encore pas mal de pain sur la planche au niveau de la standardisation et de la réglementation de la chaîne de blocs: "Cela devra se faire sur un plan européen, mais notre pays peut y jouer un rôle de pionnier".