Elon Musk est connu comme quelqu'un qui a des idées futuristes et qui n'est pas du tout partisan de l'intelligence artificielle (AI). Musk la considère même comme la pire menace pour l'humanité. Voilà pourquoi il a lancé l'organisation non marchande OpenAI qui réfléchit à la manière dont l'homme devra bientôt contenir les ordinateurs intelligents. Lors d'une conférence à Dubai, il a à présent annoncé envisager d'autres possibilités pour affronter l'AI à l'avenir.

"Après un certain temps, j'estime qu'il y aura une collaboration assez étroite entre les intelligences biologique et numérique", a ainsi déclaré Musk. "Il s'agira ici surtout de largeur de bande, de vitesse de la connexion entre le cerveau et la personne digitale." Et d'ajouter que les ordinateurs communiquent "à la vitesse d'un billion de bits par seconde", alors que les humains, qui communiquent aujourd'hui principalement en tapant sur leur smartphone, ne dépassent pas les 10 bits par seconde. "Une augmentation de la largeur de bande vers le cerveau veillera à atteindre une bonne symbiose entre l'homme et l'intelligence de la machine." Selon Musk, cela pourrait résoudre "le problème de l'inefficacité".

Les humains remplacés par des machines

En guise d'exemple, il a expliqué que les conducteurs humains courent un risque accru d'être remplacés par des voitures autonomes: "Or il y a beaucoup de personnes qui doivent rouler pour exercer leur profession. Je pense même que les déplacements en automobile se retrouvent sous différentes formes dans la plupart des emplois au monde. Il nous faut donc réfléchir à propos des nouveaux rôles réservés aux humains, mais cela doit se faire de manière très disruptive et rapide."

Selon l'entrepreneur, le cerveau humain devra par conséquent évoluer, afin de pouvoir à l'avenir traiter d'égal à égal avec l'AI. Lors de la conférence, il n'a pas révélé exactement comment cela devrait se passer, mais précédemment, il avait déjà fait des déclarations à propos d'un 'neural lace' - une connexion dans le cerveau sur laquelle des chercheurs planchent dès aujourd'hui. Il s'agit d'un réseau de fils de deux millimètres de diamètre à installer dans le cerveau par injection et capable de s'intégrer dans les neurones vivants.

"Nous pourrions terminer comme des animaux domestiques"

Si un système de type 'neural lace' ou autre visant à accroître l'intelligence humaine échoue, nous accuserons, selon Musk, un important retard sur l'AI: "Nous serions nettement dépassés et deviendrions une sorte d'animal domestique, à l'image d'un chat actuel."