Selon le journal, Facebook entend proposer de nouveaux services, et l'approche bancaire en est un. C'est ainsi que Facebook souhaiterait entre autres que les utilisateurs puissent consulter leurs données bancaires sur Facebook Messenger. Les négociations porteraient sur la façon d'éviter la fraude et sur la protection des données. Pour des raisons de confidentialité, l'une des banques contactées aurait déjà refusé.

Dans une réaction à l'article publié dans le journal, Facebook déclare qu'elle se concerte en effet avec des banques et des sociétés de cartes de crédit à propos de services comme le clavardage (chat) et la gestion de comptes. La plate-forme de média social ne veut pas utiliser les données à des fins publicitaires ou de partage avec des tiers. Facebook insiste une fois encore sur le fait que le 'point essentiel' pour une éventuelle collaboration, c'est la protection des données.

D'autres géants technologiques comme Google et Amazon mèneraient avec des banques des négociations similaires à propos de l'accès aux données.