Tout comme dans les films, les moyens de propagande interdits pourront être montrés, s'il y va de l'intérêt de ''l'art ou de la science'' et si cela sert ''le rendu d'événements tirés de l'actualité ou de l'histoire''. L'USK approuvera aussi les jeux vidéo sur leur ''adéquation sociale''.

Cette règle d'exception contenue dans le code pénal autorise les symboles anticonstitutionnels dans certaines conditions. Les jeux qui tomberont sous le coup de cette règle, seront examinés individuellement. A ce jour, la clause en question n'avait pas été utilisée. Les croix gammées, les signes runiques et autres symboles apparentés étaient strictement interdits dans les jeux vidéo. Sur le plan constitutionnel, rien ne change, mais bientôt, il sera quand même possible de s'écarter de cette règle dans les films cinématographiques ou les émissions TV.

La série Wolfenstein bien connue, dans laquelle le national-socialisme et la Seconde Guerre Mondiale jouent un rôle central, n'était jusqu'à présent disponible en Allemagne que dans une version censurée avec un symbole fantaisiste en lieu et place de la croix gammée. On y voyait un Hitler sans moustache qui était salué par les mots 'Mein Kanzler' plutôt que 'Mein Führer'.