Selon Raphael Gluc, du groupe d'enquête Bellingcat, les autorités suppriment en permanence les sites internet d'Amaq, qui doit donc changer de nom de domaine. Il ne s'agit pas du premier nom de domaine ".be" utilisé par l'Etat islamique, d'après l'expert spécialisé en djihad, Pieter Van Ostaeyen.

DNS Belgium, l'administrateur des noms de domaine en Belgique, a mis en place un système de contrôle pour obtenir les données des détenteurs du nom de domaine. Si celles-ci sont manquantes ou ne sont pas correctement transmises, DNS pourra suspendre le nom de domaine. La société ne peut en effet pas supprimer celui-ci pour des raisons de contenu.