L'European Group on Ethics in Science and New Technologies, qui fait partie de la Commission européenne, lance une mise en garde, selon laquelle la situation actuelle, dans laquelle l'AI croise l'éthique, la vie sociale et la justice, représente souvent un patchwork d'initiatives.

Le groupe craint qu'en l'absence d'une approche coordonnée et équilibrée de l'AI, on en arrive à ce qu'il appelle de l''ethics shopping', où des entreprises développeront ou utiliseront leur propre AI dans les régions où la réglementation est la plus laxiste.

Dans son appel, le groupe plaide pour la mise en place d'une structure éthique et juridique internationale commune pour la conception, la production, l'utilisation et la gestion de l'AI, des systèmes autonomes et de la robotique.

Il est question ici notamment de règles transparentes et d'explications du comportement de systèmes intelligents. Mais le groupe entend également examiner les risques générés par les systèmes intelligents connectés. Il souhaite en outre définir qui endosse la responsabilité morale de ce genre de développement.