Lee est à présent officiellement soupçonné d'avoir corrompu la conseillère de la présidente coréenne Park Geun-hye. Il aurait versé à Choi Son-sil, la meilleure amie de la présidente, 36 millions de dollars (après conversion) pour que la fusion entre deux filiales de Samsung s'effectue plus facilement. Le scandale impliquant Choi Son-sil, qui aurait abusé de son influence sur la présidente pour obtenir plusieurs libéralités, a fait chanceler tant la position de la présidente que celle de quelques hommes d'affaires de haut rang.

A présent le ministère public sud-coréen envisagerait d'étendre la plainte à Lee Jay Yong. Cette nouvelle plainte porte sur le processus des nominations au sein de la haute direction de Samsung.

Lee est vice-président de Samsung Electronics, mais y est considéré en fait comme le PDG, après que son père, Lee Kun-hee, ait subi une crise cardiaque en 2014.