La semaine dernière, Google présentait le Home Mini, une version plus compacte de son haut-parleur intelligent, vendu 50 dollars seulement. Le volume est certes plus faible, mais en raison de son prix serré, l'appareil convient parfaitement comme haut-parleur d'appoint ou pour permettre la commande vocale dans une pièce.

Ce genre de haut-parleur intelligent fonctionne sur base d'un mot de passe. Dès que vous le prononcez, l'appareil se met à enregistrer et réagit à ce que vous dites, comme par exemple: "OK Google, réveille-moi à 7 heures."

Voilà du moins comment l'appareil devrait théoriquement fonctionner car un collaborateur d'Android Police a constaté après quelque temps que son Google Home Mini enregistrait les sons en permanence. Le problème a été découvert du fait que le haut-parleur réagissait continuellement aux sonorités, telles les paroles prononcées à la TV. Dans les paramètres, il est en outre apparu que d'innombrables fragments sonores étaient envoyés vers des serveurs de Google pour analyse. Des voyants lumineux sur l'appareil indiquent qu'un enregistrement est en cours, mais on ne le remarque évidemment que si on fixe l'appareil des yeux.

Selon Google, il s'agit là d'un problème qui se limiterait à quelques exemplaires de test et donc pas aux modèles en vente pour les consommateurs. L'entreprise serait tout à fait à même de le résoudre au moyen d'un patch. Il n'est donc pas question que Google autorise sciemment ses appareils à faire de la mise sur écoute, mais cela montre bien comment un vulgaire bug logiciel est capable de transformer soudainement un haut-parleur intelligent en un appareil espion.