Ce report n'est pas vraiment une surprise. Les autorités britanniques n'ont en effet désigné qu'en février le comité britannique de classification des films (le BBFC) en tant que régulateur en la matière. A ce moment déjà, il apparaissait qu'il y avait peu de chances que la mesure entre en vigueur en avril.

"Notre priorité est de rendre internet plus sûr pour les enfants, et nous croyons que la meilleure façon d'y arriver, c'est de prendre le temps d'implémenter le contrôle le plus correctement possible. Voilà pourquoi nous voulons donner au régulateur BBFC un délai raisonnable pour effectuer une consultation publique à propos de ses directives provisoires, qui paraîtront ultérieurement ce mois-ci", affirment les autorités britanniques dans un communiqué qui, assez étonnamment, était inclus dans un autre communiqué sur des projets 5G.

L'objectif demeure cependant d'appliquer les directives en question cette année encore. En principe, il en sera ainsi trois mois après que le BBFC ait mis la dernière main à ses directives en la matière.

Le gouvernement britannique tente depuis longtemps déjà de brider l'accès à la pornographie en ligne. Il y a quelques années déjà, son ambition était d'interdire carrément les formes 'les plus extrêmes' de ce type de contenu pour adultes.

Le résultat final sera un contrôle d'âge destiné à empêcher les moins de 18 ans d'accéder à la pornographie. Pour que les choses soient claires, cela ne se limitera pas à un écran de sélection 'avez-vous 18 ans?', mais il sera question d'un contrôle d'identité approfondi.

Et c'est bien là que le bât blesse pour les Britanniques soucieux du respect de leur vie privée. Beaucoup craignent en effet de devoir s'identifier en ligne pour pouvoir visionner certaines choses. Un système qui, une fois opérationnel, pourra également être aisément étendu à d'autres sortes de sites. Pour les exploitants de sites érotiques commerciaux, il y a aussi l'obstacle de devoir mettre en place un système de contrôle (individuel ou au niveau du secteur), s'ils veulent fournir aux plus de 65 millions de Britanniques du contenu visuel pour adultes.