En moyenne, le nombre d'infections baisse de 19,88 pour cent, d'après l'entreprise de sécurité EnigmaSoft. Cette entreprise a analysé l'impact de toutes les équipes après la phase de groupes et a notamment remarqué que la Croatie affichait une baisse de 28,93 pour cent. Le pourcentage chutait à 17,55 pour cent en Allemagne et à 21,82 pour cent en Belgique. La baisse la plus importante a été constatée en Uruguay, avec 41,39 pour cent d'infections en moins les jours où le pays jouait un match.

Ce n'est pas tant que les cybercriminels sont moins actifs les jours de compétition, mais plutôt qu'en raison de l'attention collective portée aux rencontres, le temps passé derrière l'ordinateur diminue, du moins pendant quelques heures. "La baisse n'est que temporaire", déclare Ryan Gerding, porte-parole d'EnigmaSoft. "Le lendemain, le taux d'infection atteint de nouveau son niveau normal." Effectuer ses opérations bancaires en ligne ne sera donc pas particulièrement plus sûr durant le prochain match des Diables Rouges.

EnigmaSoft a toutefois constaté une exception dans le cadre de son enquête. Ainsi, l'entreprise n'a pas observé de baisse en Russie, mais bien une hausse de 5,98 pour cent les jours où l'équipe russe se trouvait sur le terrain.