Microsoft a racheté GitHub pour pas moins de 7,5 milliards de dollars, ce qui est un sacré paquet d'argent . Et pourtant, si vous voulez mon avis, il s'agit là d'une bonne affaire, d'un investissement intelligent dans l'optique d'un joli rendement. Car en reprenant cette plate-forme, Microsoft acquiert une communauté de développeurs de haut vol.

Pour GitHub, ce rachat n'arrive du reste pas trop tôt. C'est que l'entreprise à l'initiative de la plate-forme n'a pas toujours défrayé positivement la chronique. L'un de ses co-fondateurs a ainsi été forcé de s'exiler il y a quelque temps en raison d'un supposé comportement outrancier. Et du point de vue financier, GitHub éprouvait également des difficultés à garder la tête hors de l'eau. Une injection de capital par des investisseurs privés ou une introduction à la bourse s'imposaient, mais ces deux scénarios exigent beaucoup de temps et de ressources. Il ne restait donc plus grand-chose d'autre que la revente.

Il ne manqua pas de candidats repreneurs. Outre Microsoft, Google aurait ainsi été dans la course, alors qu'Amazon s'était dans le passé déjà montrée intéressée. Mais c'est donc Nadella qui l'emporta. Le fait que Microsoft ait la plus vaste communauté d'utilisateurs sur la plate-forme, a sans aucun doute joué un rôle dans ce rachat.

Partager

En reprenant cette plate-forme, Microsoft acquiert une communauté de développeurs de haut vol

Pourtant, GitHub est en fait technologiquement agnostique. Tout développeur qui écrit du code sur n'importe quelle technologie, peut le partager sur la plate-forme, mais aussi le gérer et en poursuivre le développement avec les autres membres de la communauté. Il ne s'agit donc pas d'un petit club Microsoft exclusif. Et c'est précisément ce qui rend GitHub intéressante. Si Microsoft fait bientôt tourner des analyses sur les codes déposés par les utilisateurs, cela lui fournira à coup sûr de bonnes idées pour de nouvelles solutions qu'elle pourra elle-même mettre en chantier ou développer plus avant. Cette plate-forme représente une excellente façon de tenir à jour le pouls de la communauté dé développeurs.

En outre, il y a bien entendu pas mal de développeurs Microsoft potentiels sur GitHub. Si l'entreprise parvient à convaincre ne serait-ce qu'une fraction de ceux-ci d'utiliser sa plate-forme Azure, l'investissement sera amorti sans trop de peine.

Mais il faut alors aussi que Microsoft réussisse évidemment à se départir de son ancienne image de 'pompe à fric'. Même si l'entreprise ne défraie plus vraiment la chronique ces derniers temps avec des procès et des réclamations en dommages et intérêts de toutes sortes, nombreux sont ceux qui n'ont pas encore oublié que le clan de Redmond dominait précédemment le marché d'une manière quelque peu trop enthousiaste.

Partager

On n'a à ce jour pas encore réussi à vendre un environnement fermé à personne

Et parmi eux, il y a évidemment aussi plusieurs utilisateurs de GitHub. Lors de l'annonce du rachat, ils ont aussitôt rallié la plate-forme concurrente GitLab. A tel point du reste que celle-ci s'est retrouvée un certain temps paralysée, parce qu'elle ne pouvait faire face à cet afflux. Mais tout compte fait, les départs sont quand même restés limités. Il en irait autrement si, sous peu, l'un des autres grands contributeurs jetait l'éponge. Je peux m'imaginer que chez Red Hat, on ne serait pas ravi que Microsoft héberge soudainement une part significative de son code-source...

Mais on n'en est pas là. Sous Nadella, Microsoft a effectué un virage stratégique à 180 degrés pour adopter une ligne de conduite complètement différente. Nettement plus humble. Et c'était bien nécessaire, après que l'entreprise ait manqué l'une ou l'autre évolution cruciale sur le marché. Windows Phone, anyone?

Ces dernières années, Microsoft s'est démenée pour s'attirer les bonnes grâces de la communauté des développeurs. Sur GitHub, les collaborateurs de l'entreprise invoquaient déjà les mini-listes des top contributers sous le slogan 'Open source, from Microsoft with love'. En soi, c'était déjà un signal fort. A plus forte raison maintenant que Microsoft engloutit complètement la plate-forme.

Nadella sait évidemment qu'on ne peut disposer d'une plate-forme 'cloud' à succès sans une communauté de développeurs. Et pour se donner toutes les chances, tout le monde doit y être le bienvenu, et il convient de garder la plate-forme aussi ouverte que possible. C'est ce qui offre le plus de garanties d'un succès commercial. Qui plus est, on n'a à ce jour pas encore réussi à vendre un environnement fermé à personne.

Stijn Degrieck, CEO de Codit