Grâce à cet investissement, l'entreprise en perte Uber retrouvera un nouvel élan. De plus, cela résoudra les problèmes qui se posent à la tête de la firme. Une partie de l'accord prévoit en effet quelques règles conçues pour réduire le pouvoir qu'exerce encore l'ancien directeur d'Uber, Travis Kalanick. En contrepartie, l'investisseur Benchmark retirera sa plainte à l'encontre de Kalanick.

En outre, Uber accueille avec SoftBank un investisseur influent dans le monde technologique asiatique. Dans le sud-est asiatique, les Japonais ont déjà investi dans d'autres applis de taxi telles Ola et Grab. Il est donc possible qu'Uber en profite et conclue des accords avec ces acteurs.