Les opérations bancaires se font de plus en plus mobiles, et une jeune entreprise berlinoise entend à présent faire de même pour ce qui est de remplir les déclarations fiscales. L'assistant mobile Taxfix, qui n'existe que depuis l'année dernière, remplit à présent déjà quelque 800 déclarations d'impôts par jour.

Cela se fait au moyen d'une appli à télécharger gratuitement. Ses utilisateurs doivent réaliser une photo de leur fiche de paie et répondre à plusieurs questions d'un 'chatbot'. L'appli ne prodigue aucun conseil fiscal, mais veille au remplissage automatique des déclarations d'impôts. L'opération ne prendrait qu'une vingtaine de minutes, se targue Taxfix.

Une startup qui aide les Allemands à remplir leur déclaration d'impôts, récolte 13 millions de dollars

© Taxfix

Comme cette corvée prend habituellement trois à six heures, il en résulte, selon les créateurs de Taxfix, que chaque année, dix millions d'Allemands ne remplissent pas leur déclaration fiscale et paient de ce fait en moyenne 935 euros d'impôts en trop. Grâce à l'appli, les contribuables voient directement le montant qu'ils pourront recevoir du fisc. Pour chaque déclaration qui génère un remboursement de plus de 50 euros, la startup facture son service 35 euros.

En septembre de l'année dernière, Taxfix avait déjà récolté 2 millions de dollars pour son appli. A présent, voici que la startup annonce une phase de financement de série A d'un montant de 13 millions de dollars. L'argent ainsi recueilli sera utilisé pour améliorer encore l'apprentissage machine de l'assistant mobile et pour permettre à l'entreprise de s'internationaliser. La jeune entreprise indique qu'elle est intéressée par le marché européen, qui "ne compte qu'un nombre très limité de logiciels fiscaux et où quasiment toutes les déclarations sont remises sous une forme papier traditionnelle ou via un formulaire numérique." On ne sait pas encore quels pays Taxfix envisage d'atteindre.

"L'appli Taxfix réinvente complètement le processus de la déclaration d'impôts", déclare James Fitzgerald, general partner de Valar Ventures, le fonds de capital-risque qui a dirigé la phase de financement. "On constate une demande croissante de produits et de services 'fintech' sur le marché européen, et nous nous réjouissons de la conclusion d'une collaboration de longue durée avec Taxfix." Chez Valar Ventures, outre Fitzgerald, Peter Thiel est également impliqué. Il s'agit là de l'investisseur germano-américain qui avait fondé PayPal, conjointement avec Elon Musk.