Douze millions et demi de dollars en monnaies Ethereum ont été volés, ainsi qu'un million de dollars en Pundi X, une cryptomonnaie moins connue. L'entreprise a réussi à éviter le vol supplémentaire de 10 millions de dollars en cryptomonnaie sous la forme de ses propres jetons Bancor (BNT) en les "gelant" (c'est-à-dire en les rendant inutilisables).

Dans une communication sur Twitter, l'entreprise déclare rechercher les monnaies volées avec des dizaines de crypto-plateformes. Cela devrait aussi rendre la tâche plus difficile au voleur qui tenterait d'échanger les monnaies. Ce mardi, la valeur du BNT a chuté considérablement sur plusieurs crypto-bourses.

L'année dernière, Bancor a pu lever 153 millions de dollars avec la première émission de monnaie via une "Initial Coin Offering" (offre initiale de monnaies). Durant sa première année d'existence, la start-up israélienne a traité plus d'un milliard de dollars en "conversions de jetons". Les smart tokens (jetons intelligents) peuvent être achetés ou vendus à tout moment par le biais de contrats "smart" sans qu'aucune cryptobourse doive intervenir dans les transactions, et sans même qu'il faille trouver une deuxième partie avec laquelle échanger.

Décentralisé ?

À cet égard, Bancor se démarque des lieux de négociation dits "centralisés", qui mettent les cryptonégociants en contact les uns avec les autres à un endroit unique. Vendredi dernier, le fondateur d'Ethereum, Vitalik Buterin, a encore vivement critiqué ces puissants forums commerciaux centralisés et a déclaré que la crypto-communauté devrait se focaliser davantage sur le commerce décentralisé.

Bancor, qui se décrit comme un réseau décentralisé, s'est félicité de ces déclarations. Cependant, des critiques, dont le fondateur de LiteCoin, Charlie Lee, ont souligné l'ironie du fait que Bancor réagit maintenant au vol par des stratégies qui sont typiques d'un système centralisé.