Ce sont les autorités pakistanaises qui ont elles-mêmes tiré la sonnette d'alarme auprès de Twitter à propos du compte du leader du TLP, Hussain Rizvi. Ce compte a été utilisé pour lancer des appels à la ''haine et à la violence'', selon deux hauts collaborateurs de l'autorité télécom pakistanaise, qui se sont confiés à l'agence de presse Reuters.

Le TLP a mené des actions de protestation des jours durant, après que Bibi a été innocentée d'avoir offensé le prophète Mohammed par la haute cour de justice pakistanaise. Le TLP a également appelé à la mort des juges ayant prononcé cette sentence.

On ne sait pas où se trouve cette femme pour l'instant. Le chef du TLP, Rizvi, a prévenu que ce serait la ''guerre'', si les autorités la sortaient du pays. Le parti qualifie la suspension du compte de Rizvi de conspiration de la part des opposants aux protecteurs de l'islam.