Une dissertation, un travail de recherche, un dessin: voilà le genre de devoir qui doit être coté par les enseignants, une tâche pas toujours aisée. Il est parfois bien difficile de le faire d'une manière objective. Ou plutôt était, car des chercheurs de l'UAntwerpen et de l'UGent veulent changer la donne en lançant une plate-forme logicielle d'assistance en la matière. Dans ce but, ils ont créé une nouvelle spin-off: D-PAC (l'abréviation de Digital Platform for Assessment of Competences).

La plate-forme cible une évaluation comparative: une méthode par laquelle chaque travail n'est pas évalué séparément, mais en comparaison directe avec d'autres du genre. D-PAC a optimalisé la méthode existante et l'a revêtue d'un habit numérique, afin de pouvoir l'utiliser facilement à grande échelle.

Partager

"Pourquoi tel dessin mérite-t-il un six et tel autre un sept?"

"Pourquoi tel dessin mérite-t-il un six et tel autre un sept? Et une dissertation reçoit-elle un huit parce qu'elle est vraiment de bonne qualité ou est-ce parce que l'enseignant est par hasard de bonne humeur en la corrigeant? La méthode d'évaluation comparative qui a déjà fait ses preuves, représente une solution et grâce à D-PAC, il sera désormais possible de l'appliquer facilement", affirme Maarten Goossens, fondateur et CEO de la nouvelle spin-off.

En évaluation comparative, plusieurs évaluateurs se voient présenter chaque fois deux travaux côte à côte. Ils doivent ensuite choisir le meilleur des deux. En prévoyant plusieurs combinaisons aléatoires et en recourant à suffisamment d'évaluateurs, il est possible avec un modèle statistique de classer les travaux de qualité inférieure à supérieure. Grâce aux nombreuses combinaisons possibles et au modèle statistique sous-jacent, il est quasiment impossible de mettre en oeuvre cette méthode hors ligne. Via la plate-forme D-PAC par contre, ce processus est à présent automatisé.

Selon Goossens, cela peut représenter une grande percée dans le fait de rendre les évaluations transparentes et objectives. Et ce, non seulement à l'école, mais par exemple aussi dans le cas de sollicitations, d'évaluations pour l'octroi de subsides, de choix d'options dans un trajet logiciel agile, et de bien d'autres évaluations encore.

La spin-off (émanation) est le résultat d'un projet de recherche stratégique de l'Unversiteit Antwerpen, de l'imec et de l'Universiteit Gent, pour lequel des experts de l'enseignement ont collaboré avec des développeurs de logiciels. Pour le développement technique, le projet repose sur une collaboration pluriannuelle avec Infanion, un éditeur de logiciels belgo-indien.

D-PAC s'adresse d'abord au marché de l'enseignement flamand et néerlandais et peut déjà compter sur de premiers clients payants. L'ambition de la startup? Conquérir le monde, non seulement dans le secteur de l'enseignement, mais aussi dans tous les domaines, où des évaluations objectives sont une nécessité.