Les nouveaux services devraient faire en sorte que les charges de travail de VMware puissent être transférées ou étendues rapidement vers le nuage d'IBM. Dans ce cadre, Big Blue fournira une architecture 'cloud' automatisée, qui veillera notamment à ce que les basculements (failovers) se passent automatiquement dans une zone 'cloud' d'IBM. Autrement dit, si quelque chose cloche dans le centre de données numéro 1, de nouvelles machines virtuelles avec les mêmes applications seront automatiquement démarrées dans le centre de données numéro 2.

Concrètement, VMware vRealize Operations est à présent disponible sur IBM Power Systems, ce qui permettra de visionner une infrastructure hétérogène sur un même tableau de bord. En même temps, les deux entreprises promettent un labo d'innovations commun, où elles prépareront des services complémentaires.

Cela signifie-t-il que le spécialiste de la virtualisation collaborera désormais plus étroitement avec IBM qu'avec d'autres? Non, nuance Bart Coole, en charge de VMware pour la Belgique et les Pays-Bas. Et de signaler que son entreprise entend collaborer avec le plus de firmes possibles, afin de garder son indépendance. "L'objectif est d'offrir des choix aux clients et ce, sur site ou en intégration chez un partenaire. IBM est sur ce plan important pour nous, mais nous entretenons d'aussi bons contacts avec AWS, voire avec des centaines d'autres fournisseurs."