Facebook a racheté WhatsApp en 2014 pour 19 milliards de dollars. Depuis lors, l'entreprise recherche des moyens de gagner de l'argent au départ de cette appli populaire. Une solution consiste à proposer des services payants, afin de permettre aux entreprises de communiquer plus facilement avec leurs clients. Dans notre pays, KBC et Engie Electrabel ont du reste lancé dans ce cadre un projet-pilote avec WhatsApp.

A présent, Chris Daniels déclare que l'insertion de publicités va devenir la solution primaire pour gagner de l'argent avec cette appli. Daniels a succédé en mai au cofondateur Jan Koum au poste de vice-président de WhatsApp. Sur son bureau, Koum avait toujours laissé le post-it 'No Ads! No Games! No Gimmicks!', qu'il avait reçu de Brian Acton, l'homme avec qui il avait créé WhatsApp. Le duo s'était toujours vivement opposé à la publicité. C'est du reste pour cette raison qu'Acton avait tourné le dos à Facebook l'année dernière déjà. A présent que tant Acton que Koum ont quitté Facebook, le voie est libre pour l'entreprise de recourir aux annonces publicitaires.

Réclame personnalisée?

La publicité paraîtra dans les WhatsApp Status, la copie introduite l'an dernier des Stories d'Instagram et de Snapchat. Les utilisateurs pourront placer des textes, photos et vidéos sur leur profil, qui disparaîtront au bout de 24 heures.

Facebook ne peut proposer de la réclame personnalisée sur base du contenu des messages WhatsApp. Contrairement aux messages Messenger, ils sont en effet cryptés par une méthode de codage bout-à-bout. Voilà pourquoi l'entreprise souhaite vraiment associer vos métadonnées sur WhatsApp à votre compte Facebook. L'Europe a dans le passé déjà rappelé à l'ordre Facebook pour le partage de ces données. Le GDPR ne l'autoriserait que dans certaines conditions spécifiques.